Jacqueline Sauvage :  Les internautes se disent déçus par le film

Jacqueline Sauvage : Les internautes se disent déçus par le film

2 octobre 2018 0 Par Txomin

En tenant le rôle-titre dans “Jacqueline Sauvage, c’était lui ou moi”, diffusé lundi 1er octobre sur TF1, Muriel Robin s’engage à nouveau contre les violences faites aux femmes. Elle évoque ce téléfilm qu’elle veut “citoyen, militant, même”.

Un visage hermétique, un regard flottant. Une femme mystérieuse, mais d’un mystère qui sème un trouble méfiant. Dans le rôle-titre de Jacqueline Sauvage, c’était lui ou moi, diffusé  lundi 1er octobre sur TF1, Muriel Robin retrouve l’un de ces personnages de femme à l’origine d’un fait divers pour lequel la société française s’est passionnée, et souvent divisée.

Longtemps, en effet, la meurtrière de Norbert Marot a échoué à convaincre ses juges que, ce 10 septembre 2012, à La-Selle-sur-le-Bied (Loiret), elle avait tiré sur son mari violent pour échapper à une mort certaine. Condamnée deux fois à dix ans d’emprisonnement, elle est sortie de détention grâce à l’intervention de François Hollande, alors président de la République, et à la proclamation de sa grâce partielle, puis totale. Avait-elle agi, même à retardement, en état de légitime défense ? La justice estimait que non ; l’opinion publique l’a absoute de son geste — comme le fait ce téléfilm réalisé par Yves Rénier, adapté de son livre Je voulais juste que ça s’arrête (éd. Fayard).

L’avis des internautes 

Les internautes se disent déçus par le fait que la vie de Jacqueline Sauvage retracée dans le film n’a pas été évoquée avec plus de suspense. Les flashs-back n’ont pas révélé d’effets marquants. En effet, ils étaient pour de nombreux internautes trop court, peu présents.

Beaucoup ont fait la différence avec le film retraçant l’histoire d’Alexandra Lange. Certains internautes nous ont écrit car notre rédaction suivait ce film avec attention. Nous avons donc demandé leurs avis. 

À l’unanime, le film “L’emprise” était beaucoup plus poignante, palpitant même. L’histoire insérant des flashs-back beaucoup plus poignant, plus long ne faisait aucun doute sur le calvaire de cette femme.

Alexandra Lange était cette trentenaire, victime de violences conjugales entre 1997 et 2009, a été acquittée par la Cour d’assises du Nord, en 2012, du meurtre de son mari. Un coup de couteau à la gorge, la nuit du 18 au 19 juin 2009. Elle avait été acquittée 

C’est avec fragilité, que le film évoque l’enfer de cette femme Jacqueline Sauvage, voire même une peur peut-être de voir les avis divisés trop nombreux . Seul bémol nous raconte un lecteur, cette soirée consacrée aux femmes était intéressante mais quand est-il des hommes qui sont également battus ou tué par la conjointe.

Cette histoire ne permettrait pas de donner raison et porte ouverte au droit de tuer son conjoint . Cette histoire n’ouvrirait pas les portes à une demande de grâce de déposée à chaque fois qu’une femme part en prison pour avoir tué son conjoint sur fonds de violences conjugales .

D’autres internautes ont trouvé le reportage documentaire diffusé en 3 ème partie de soirée plus douloureuse, plus poignante que le film…. 

Et vous qu’en avez vous pensez ?